futilité


futilité

futilité [ fytilite ] n. f.
• 1672; futiletéXVIe; lat. futilitas
1Caractère futile. frivolité, inanité, vanité. La futilité d'un raisonnement, d'une objection. insignifiance, légèreté. Futilité d'esprit. enfantillage, puérilité.
2Par ext. Propos, action futile. Dire des futilités. baliverne, fadaise. « On parle à Paris, et on ne pense guère; la journée se passe en futilités » (Voltaire). bagatelle, bêtise, fam. connerie.
⊗ CONTR. Gravité, importance, intérêt, poids, sérieux, utilité.

futilité nom féminin (latin futilitas, -atis) Caractère, nature de quelqu'un ou de quelque chose qui est futile, superficiel, sans intérêt : La futilité d'une objection. Chose futile, propos futile : Dire des futilités.futilité (citations) nom féminin (latin futilitas, -atis) Jacques Boutelleau, dit Jacques Chardonne Barbezieux 1884-La Frette-sur-Seine 1968 Les meilleurs divertissements sont les plus futiles. Propos comme ça Grassetfutilité (synonymes) nom féminin (latin futilitas, -atis) Caractère, nature de quelqu'un ou de quelque chose qui est futile...
Synonymes :
- frivolité
- inanité
- légèreté
- puérilité
- vanité
Contraires :
- gravité
- intérêt
- sérieux
Chose futile , propos futile
Synonymes :

futilité
n. f.
d1./d Caractère de ce qui est futile. Futilité d'esprit.
d2./d (Surtout au Plur.) Chose futile. S'attacher à des futilités. Dire des futilités.

⇒FUTILITÉ, subst. fém.
A.— Caractère de ce qui est futile. Un des derniers hommes de notre temps qui ait compris qu'il fallait prendre la futilité au sérieux (ANOUILH, Répét., 1950, I, p. 19).
1. [En parlant d'une chose] Futilité d'un motif. Il ne faudrait pas se hâter de conclure de la futilité du sujet débattu (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 4, 1859, p. 329). La futilité de toutes les discussions lui apparut en même temps que la solitude qu'elles avaient créée autour de lui (ROY, Bonheur occas., 1945, p. 41). La futilité de cette chambre n'était qu'un trompe-l'œil (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 475).
2. [En parlant d'une pers.] Ces gens du monde sont d'une navrante futilité (GIDE, Corresp. [avec Valéry], 1891, p. 100). Au temps où je le voyais, je trouvais en lui des coins de futilité, de frivolité qui le diminuaient un peu (MAUROIS, Climats, 1928, p. 240).
B.— P. méton., en gén. au plur. Chose futile. Dire des futilités. Les femmes remontèrent dans leurs chambres, et des futilités les occupèrent (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Boule de suif, 1880, p. 136), Ces futilités de la vie de bureau, je les note parce que je crois qu'un jour elles me paraîtront curieuses (GREEN, Journal, 1942, p. 277).
En partic. Objet futile. Elle [madame de La Baudraye] étincelait de dentelles, et portait toutes les jolies futilités voulues par la mode (BALZAC, Muse départ., 1844, p. 249). Le boudoir de grand'mère, encombré de coûteuses futilités (H. BAZIN, Vipère, 1948, p. 211) :
... nous allions dans le passage Pommeraye acheter des stores de Chine, des sandales turques ou des paniers du Nil, afin d'examiner à l'aise et de toucher avec nos mains toutes les babioles venues d'au-delà des mers, dieux, chaussures, parasols et lanternes, futilités splendides en couleur qui font rêver à d'autres mondes, niaiseries sans usage qui pour nous sont des choses graves.
FLAUB., Champs et grèves, 1848, p. 195.
REM. Fufu, subst. masc., rare et fam. Petite futilité. Je suis moderne, moi, et tous ces petits fufus raffinés, avec ces reproductions d'estampes et de broderies japonaises, sont déjà si démodés! (BOURGET, Tapin, Enf. morte, 1928, p. 61). On rencontre aussi la graphie futfut. Mademoiselle aime à faire toilette, voilà tout, et il lui faut du plus fin, du meilleur, des fufuts de bourgeoisie (BOURGET, Monique, 1902, p. 53).
Prononc. et Orth. :[fytilite]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. XVIe s. futileté (DELB., Rec. ds DG); 1672 futilité (MOLIÈRE, Femmes savantes, III, 2). Empr. au lat. class. futilitas « frivolité, futilité ». Fréq. abs. littér. :131.

futilité [fytilite] n. f.
ÉTYM. 1672, Molière, les Femmes savantes, III, 2, au sens 2.; sens 1., 1690; futileté, XVIe; lat. futilitas, de futilis. → Futile.
1 Caractère de ce qui est futile. Frivolité, inanité, vanité. || La futilité d'un raisonnement, d'une objection. Insignifiance, légèreté, nullité, vide. || Futilité d'esprit. Enfantillage, puérilité. || Il est d'une incroyable futilité.
1 Je me félicite, sire, de penser comme votre majesté sur la vanité et la futilité de la métaphysique (…)
D'Alembert, Lettre au roi de Prusse, 17 sept. 1764.
2 (…) la défaite fait tremper les hommes dans une atmosphère d'incohérence, d'ennui et, par-dessus tout, de futilité.
Saint-Exupéry, Pilote de guerre, I.
2 (1672). Rare au sing. (Une, des futilités). Chose futile. || Les futilités de la vie mondaine. Mondanité. || S'attacher à des futilités. Bagatelle, broutille. || Borner (cit. 6) son talent à des futilités (Molière). || Dire des futilités.
3 On parle à Paris, et on ne pense guère; la journée se passe en futilités : on ne vit point pour soi, on y meurt oublié sans avoir vécu.
Voltaire, Lettre à Cideville, 2621, 4 févr. 1765.
4 Les misères du dernier siècle, même les misères morales, qui échappent à toute mesure et à toute comparaison, nous semblaient des futilités, à nous qui pensions alors avoir déjà visité plusieurs cycles de l'enfer.
G. Duhamel, la Pesée des âmes, VII.
Spécialt. Objet futile. Babiole, colifichet, frivolité.
5 Assez d'autres ont fait les marquis, les marquises, les petits abbés et les impures du dix-huitième siècle, à grand renfort de poudre, de mouches, de fard (…) de camaïeux, de céladon craquelé, de bonbonnières et autres futilités.
Th. Gautier, Souvenirs de théâtre…, p. 234.
CONTR. Gravité, importance, intérêt, poids, sérieux, utilité.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • futilité — Futilité. s. f. Qualité de ce qui est futile. La futilité de ce raisonnement …   Dictionnaire de l'Académie française

  • FUTILITÉ — n. f. Caractère d’une chose ou d’une personne futile. La futilité de ce raisonnement. La futilité d’esprit. Il est d’une futilité ridicule. Elle est d’une futilité irritante. Il signifie aussi Chose futile. Ce livre n’est plein que de futilités.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • FUTILITÉ — s. f. Caractère de ce qui est futile. La futilité de ce raisonnement. La futilité d esprit.   Il signifie aussi, Chose futile. Ce livre n est plein que de futilités. S attacher à des futilités. Nos journées se perdaient en futilités …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • futilité — (fu ti li té) s. f. 1°   Caractère de ce qui est futile. La futilité d un raisonnement. 2°   Chose futile. S attacher à des futilités. •   De cette indigne classe où nous rangent les hommes De borner nos talents à des futilités, MOL. F. sav. III …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • futilité — nf. => Frivolité …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Loi de futilité de Parkinson —  Ne doit pas être confondu avec Loi de Parkinson. La loi de futilité de Parkinson (anglais: Parkinson s Law of Triviality), également connue sous le nom de « l exemple du local à vélos » (bikeshedding), est une argumentation de… …   Wikipédia en Français

  • frivolité — [ frivɔlite ] n. f. • av. 1718; de frivole I ♦ 1 ♦ Caractère d une personne frivole. ⇒ légèreté. « ma frivolité [...] me faisait désireux de plaire » (Proust). Il en parle avec frivolité. ♢ Spécialt Légèreté, inconstance dans les relations… …   Encyclopédie Universelle

  • vanité — [ vanite ] n. f. • XIIe sens 2; lat. vanitas 1 ♦ (1580) Défaut d une personne vaine, satisfaite d elle même et étalant cette satisfaction. ⇒ autosatisfaction, complaisance, fatuité , infatuation, 1. jactance, orgueil, ostentation, prétention,… …   Encyclopédie Universelle

  • bagatelle — [ bagatɛl ] n. f. • 1547; it. bagatella « tour de bateleur »; du lat. baca « baie » 1 ♦ Vx Objet de peu de valeur et de peu d utilité. ⇒ bibelot. « de la croisée, deux étagères montrent leurs mille bagatelles précieuses » (Balzac). ♢ Mod. Somme d …   Encyclopédie Universelle

  • fadaise — [ fadɛz ] n. f. • 1541; provenç. fadeza « sottise », de fat « sot » 1 ♦ Propos plat et sot; plaisanterie fade et plate. ⇒ baliverne, niaiserie, platitude. « Personne n est exempt de dire des fadaises » (Montaigne). 2 ♦ Chose insignifiante,… …   Encyclopédie Universelle